+32 (0)496 35 00 66 rue Paradis 90, Liège, Belgique

315 – EAJD – Entraide et Accompagnement de Jeunes en Difficulté

Programme d’aides à la scolarisation dans un quartier populeux de Bujumbura, aides à des pratiques ludiques péri scolaires.

Il s’agit d’encadrement d’enfants qui sont scolarisés grâce aux parrainages nominatifs reçus. Ces enfants sont aussi pris en charge en matière de santé (ex. achat de lunettes, soins médicaux, soutien à une jeune mère). Une assistante sociale est rémunérée pour ces problèmes

Table de français
initiation informatique

Afin d’améliorer la connaissance du français, une table de français bi-hebdomadaire se tient depuis près de 10 ans. Du matériel informatique est mis à la disposition des jeunes souhaitant approfondir leurs connaissances. Il y a aussi des cours d’éducation sexuelle donné afin d’éviter les grossesses prématurées et non désirées. Les filles mères reçoivent une formation professionnelle en hôtellerie et l’on s’efforce d’apprendre aux jeunes comment améliorer les cultures en raison de leur origine souvent paysanne.

Historique :
Au début de EAJD, en 1990, les protégés étaient des enfants de la rue, vivant dans la rue. 

En 1994, 28 garçons ont vécu en orphelinat jusqu’en 1999. En 2002,  alors que les protégés étaient tous des garçons, et que le lieu d’actions était situé au sud de Bujumbura, l’animation principale était la pratique du tambour (Ingoma : patrimoine immatériel de l’UNESCO) , folklore national.int s’ajouter l’aide à des garçons d’un quartier pauvre, proche du local EAJD, pour monter une équipe de foot qui ira en finale du championnat scolaire.

En 2002, des protégés vivant dans notre orphelinat retrouvent leurs parents dans un camps de déplacés au N de Bujumbura. Début du parrainage de leurs sœurs.

Puis en 2004, déménagement dans un quartier au nord de Bujumbura,  De moins en moins de garçons étaient aidés, de plus en plus de filles.

Ce quartier de promiscuité, de grande précarité, a été construit à la va-vite en blocs adobes en 1994 pour loger les familles tutsis ayant fui les campagnes suite aux événements du Rwanda, et craignant une prolongation du génocide. C’est mantenant un quartier nommé Kiyange

Activités ludiques :

  • le groupe de danses qui se réunit toujours le samedi
  • la pratique du volley.   Deux équipes : les moins de 15 ans et les plus de 15 ans
  • la course à pied
  • Equipe de foot féminine dans quartier Kiyange.